L'atelier des papillons de Gioconda Belli

Publié le par Ellimac

4ème de couverture

La Vénérable veille à la stricte application
du Règlement : les Inventeurs de Toutes Choses ne peuvent mêler le règne animal et le règne végétal quand ils travaillent à la création d'une espèce nouvelle. Mais l'imagination et le désir n'ont que faire de l'ordre des choses...


Bio
de l'auteur

Poète et romancière, née en 1948 à Managua (Nicaraguea). elle s'engage tant
dans l'écriture qu'au sein du Front sandiniste de libération nationale. Contrainte à l'exil en 1975, elle continue la lutte comme membre de la commission diplomatique sandiniste. Son roman, La mujer habitada, edite en 1988,  a été traduit en une dizaine de langues. L'atelier des papillons est son premier album.


Bio illustrateur (Wolf Erlbruch)


reconnu comme l'un
des grands graphiste allemands contemporains. Il est né en 1948, à Wuppertal  où il est actuellement professeur d'arts graphique. Entre autres titres ont été publiés, en France, de la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, Moi, Papa ours ?, L'ogresse en pleurs, Remue-ménage, chez Mme K., Allons voir la nuit, Cuisine de sorcière et Léonard.


Personnages

la Vénérable, Ro
dolfo, Gwendoline, Kalle, Paganini, Fedora.


Thèmes


Création, imagination, invention, insectes, animaux, zones froi
des, zones chaudes..


Composition


Album
de cycle 3 illustré. Edition Être. 40 pages


Impressions


Les illustrations sont très belles. Le thème
de la création est facilement exploitable mais plutôt en maternelle (collage...). Il y a aussi une partie sur le climat.


Interpr
étation siac 1

Le titre, qui associe deux mots appartenant à des
champs lexicaux très éloignés, suggère le thème de cet
album: de la création considérée comme un artisanat.
La première double page précise les données :
– un style poétique, assuré par un narrateur externe :
« Les papillons ne pèsent presque rien. Ils sont aussi
légers que le battement de paupières d’un soleil
ébloui, légers comme un soupir d’arc-en-ciel. »;
– une histoire qui désacralise les textes expliquant la
création du monde, en présentant celle-ci comme un
artisanat artistique, mais sans ironie ni parodie :
« Il y a très longtemps, les papillons n’existaient pas.
Comme nombre de plantes et d’animaux, ils attendaient
d’être créés. C’était là le travail des Inventeurs
de Toutes Choses. »;
– une loi intangible régissant la création, dans cet univers
fictionnel: « Mais le règlement de la Création était
formel: ils devaient créer la végétation nouvelle et les
bêtes encore inconnues sans jamais mêler la faune et la
flore. » Ce que souligne l’illustration : un végétal sur
la page de gauche, un insecte sur celle de droite.
Les personnages entrent alors en scène, en particulier
« le jeune Rodolfo » qui veut créer quelque chose de
nouveau mais se sent fort entravé par la loi : il veut
inventer un animal-fleur, mais c’est interdit. Sans
aller jusqu’à la transgression de la loi, il parvient
finalement, en se situant à la frontière du règne
animal et du règne végétal, à inventer le papillon, ce
qui lui vaudra les honneurs.
Cet album peut être interprété comme une métaphore
de la création et offre l’occasion de faire découvrir
aux élèves certaines contraintes que se donnaient les
surréalistes ou les oulipiens pour créer différemment.
Une réflexion collective sur l’ambivalence du mot
« créer », qui suggère aussi bien le fait d’inventer
quelque chose de nouveau, que celui de donner la
vie, et renvoie également à la Création, au sens sacré
du terme, sera la bienvenue. Et l’on pourra faire
découvrir l’album d’Anthony Browne Tout change
(Kaléidoscope), qui joue implicitement sur les trois
sens du mot « créer ».
Par référence à la Genèse, l’artisanat artistique de
L’Atelier des papillons pourra être mis en évidence,
notamment en le rapprochant d’un autre album,
parodique celui-là: Ré-création de Charlotte Légault
(Éditions du Rouergue).


Vous l'avez lu, laissez un commentaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article